L’Etude de mesure du potentiel éolien

L’étude de mesure du potentiel éolien a pour objectif de déterminer la quantité et la qualité des vents présents sur la zone d’implantation.

Première étape : mettre en place un mat de mesure

Le notre faisait 84m de haut avec 4 séries de hauban et comportait :

  • Quatre anémomètres
  • Deux girouettes
  • Un capteur de température pour prendre en compte les risques de gel
  • Un système d’enregistrement et une carte GSM pour transmettre les données enregistrées
  • Un système d’alimentation solaire

C’est la société France Acro qui a installé le mât et la société DEWI qui a défini son emplacement et les instruments installés dans le respect des règles de l’art et des normes.

Seconde étape : enregistrer les données pendant un an

Un an c’est long me direz-vous, mais il faut connaitre les vents (direction et vitesse) pendant toutes les saisons !

Au bout de 6 mois, la société DEWI a vérifié la qualité des données collectées : nous avions tout bon !

Troisième étape : calculer le productible

Les données collectées sont ensuite croisées avec d’autres sources : données des stations météos, données de production éolienne des parcs proches etc.

Le fabricant des machines fourni alors les courbes de charge pour chacune d’elle.

Étude statistique des directions et des vitesses des vents

DEWI, à partir de toutes ces informations, produit une étude de productible prenant en compte les bridages nécessaires pour respecter les normes acoustiques.

Le résultat du calcul se nomme P50 ou P75 ou P90.

  • P50 c’est le nombre de kWh produit par le parc au moins une année sur deux
  • P75 c’est le nombre de kWh produit par le parc au moins trois année sur quatre
  • P90 c’est le nombre de kWh produit par le parc au moins 9 année sur 10

 
P50P75P90
MWh/an35 60032 70030 100

Croyez le ou non : ce sont d’excellentes valeurs : le parc du Bois Guy est un excellent gisement de vent ! Vive la Bretagne !